Les nouvelles méthodes de recrutement La « gamification» et les soft skills : jouer pour recruter votre candidat idéal

Les nouvelles méthodes de recrutement

La « gamification» et les soft skills : jouer pour recruter votre candidat idéal

  

Le recrutement est un enjeu majeur pour les dirigeants d’entreprise et les ressources humaines. En effet, un mauvais recrutement peut impacter l’entreprise à différents niveaux (cohésion d’équipe, difficultés de management, productivité...). 

De plus, avec l’évolution des nouvelles technologies, l’arrivée de la génération Z sur le marché du travail et leurs attentes, les entreprises doivent sans cesse se réinventer, être avant- gardistes, et réfléchir à de nouvelles formes de recrutement en vue d’attirer les meilleurs profils. 

 

Avec l’arrivée de ces « Digital Natives » sur le marché de l’entreprise, le recrutement ne peut plus se penser comme autrefois. Il est donc important que les entreprises puissent s’adapter à ces pratiques innovantes puisqu’aujourd’hui ce sont eux qui sélectionnent l’entreprise dans laquelle ils souhaitent évoluer. Ce n’est plus l’entreprise qui choisit son candidat, mais bien le candidat qui choisit son entreprise.  

 

Les entreprises évoluent et leurs exigences aussi, c’est pourquoi un recruteur aura davantage besoin d’un collaborateur aux compétences « moins conventionnelles », et beaucoup plus transversales qui saura gérer des situations compliquées, manager ses équipes en étant adaptable, empathique, sociable... toutes ces soft-skills que l’on peut peut-être développer tout au long de sa vie finalement. 

  

Aujourd’hui la plupart des processus de recrutement sont identiques : un entretien de présélection téléphonique suivi par un ou plusieurs entretiens en face à face. Des processus qui évoluent de plus en plus avec la mise en place de serious game, jeux de stratégies ou même escape game qui ont débutés dans les grands groupes tels que Groupama, Natixis, Orange ou l’Oréal et qui se sont par la suite étendus à des start-up ou des PME. 

 

Sophie LEGOFF Présidente Lockedup Escape game sur Lieusaint, nous confirme que : "Les escapes Game c'est la nouvelle tendance pour le recrutement dans les entreprises qui veulent moderniser leurs process RH".

 

  

Le « recrutainment », apparu il y a quelques années, se développe de plus en plus.  Contraction entre « recrutement » et « entrainement », il s’agit d’une méthode de recrutement par le jeu. Elle permet de déceler sous forme de jeu, les soft skills de vos futurs collaborateurs. En effet, la gamification permet d’appréhender de manière différente la relation des recruteurs avec les candidats. 

  

Exit les formulaires à rallonge ou les processus de recrutement sans fin… place aux nouveaux modes de recrutement! 

  

Mais qu’appelle-t-on soft skills ?

Lors des entretiens de recrutement plus traditionnels les candidats savent d’entrée de jeu qu’ils parleront de leur parcours, de leurs expériences et de leurs compétences. Les soft skills seront abordées d'un point de vue théoriques mais ne seront pas "mises en lumière". 

Pour certains, il n’est pas évident de verbaliser leur savoir-être ou donnent des réponses déjà préparées. Au cours du jeu, la personnalité des candidats pourra être dévoilée plus facilement, sans qu’ils s’expriment oralement. 

  

D’après l’entreprise Welcome to the jungle « Les soft skills sont toutes ces compétences comportementales » qui ne sont pas liées à un savoir-faire technique. Plus que de simples traits de personnalité, ce sont des aptitudes à pouvoir interagir efficacement avec son environnement, en s’adaptant à autrui ou à une situation délicate. Les soft skills relèvent du savoir-être et ont toute leur importance lors du recrutement et de la collaboration avec un candidat ».

  

D’après Michel BARABEL Maître de conférences Université Paris Est « Les soft skills ont aux yeux des salariés une dimension naturelle, innée. Mais elles possèdent aussi un préalable culturel en fonction du milieu d'origine, qui les rend possiblement discriminantes et donc manipulables ».

  

D’après l’équipe Skill to game de la MDEF Grand Paris Sud « Les soft skills, ce sont des compétences qui ne sont pas définies par les diplômes qu’on a, qu’on évalue dans la vie quotidienne par rapport aux jeux. C’est ce que l’on devient au fil de nos expériences. »

  

Finalement, il est assez difficile de trouver une seule et même définition des soft skills puisque chacun y a sa propre idée : compétences comportementales, compétences humaines, de qualités relationnelles … 

  

Pourquoi intégrer le jeu dans le processus de recrutement ?

Dans un contexte de jeu, les candidats seront beaucoup plus détendues, et oseront plus se révéler. C'est un espace dans lequel ils se sentent à l'aise et dans lequel ils seront donc plus aptes à démontrer le meilleur d'eux-mêmes. De ce fait, les soft skills seront plus facilement détectables.  

La gamification du recrutement permet aux RH d’analyser plus facilement et en situation, les soft skills des futurs collaborateurs. Le jeu n’a pas vocation à remplacer le processus de recrutement mais c’est un outil complémentaire qui permet d’appuyer le choix final du recruteur. 

  

La mise en place de jeu, est également un gain de temps pour les RH. En moins d’une heure, les recruteurs ont la possibilité de se faire une idée bien précise de plusieurs candidats sur cette dimension.  

  

« Le jeu c’est bien, mais c’est sa pratique qui est intéressante et ce qu’on en fait » déclare Tristan de l’équipe Skill to game. 

  

  

Comment identifier les soft skills de vos futurs collaborateurs ?

En partant de l’identification des besoins des équipes, les RH effectuent une grille d’analyse et d’évaluation des soft skills recherchées pour les observer durant toute la phase de jeu. 

A partir de ce référentiel de soft skills que l’on souhaite observer, le jeu est choisi et mis en place (serious game, escape, game, jeu de stratégie, session de jeux vidéos, jeux de société…). Les soft skills seront associées à des situations et enigmes qui permettront aux recruteurs d’analyser les candidat.e.s selon leurs critères. 

 Qu’importe le poste et le jeu, cette grille de soft skills permettra une fois la phase de jeu lancée, d’analyser les candidats sur leur leadership, leur gestion émotionnelle, leur sens de d’analyse, leur positionnement à l’autre... Dans cette méthode, il n’y a pas forcément de bons ou de mauvais comportements, il est question de Matching (correspondance) entre les soft skills attendus et le poste en question. 

  

Les soft skills à évaluer et qui reviennent le plus souvent lors de cette phase de recrutement vont être : la capacité à travailler en groupe, l’empathie, l’écoute… « Les savoir-être d’une personne ne sont jamais obsolètes, contrairement aux compétences, explique Martine Pick Lakshmanan » créatrice de la société Happy Hour Escape Game à Paris.  

 

  

Quelques exemples :

  

Les escape games permettent de résoudre une énigme ou un défi en équipe. Ils vont notamment permettre aux recruteurs de juger les soft skills des candidats. Tout au long de de ce jeu, les candidats pourront collaborer ensemble, prendre des initiatives, gérer leur stress et le recruteur pourra analyser "en live" le profil des candidat.e.s de manière transparente et naturelle.

 

En témoigne Luc Negri DRH de transition du groupe Delineo – Co fondateur de Load escape à Savigny Le Temple : "Le dicton populaire dit qu'on" se prend au jeu. "Il s'avère qu'en se laissant emporter par celui-ci, nos comportements naturels apparaissent nécessairement, ce qui peut être un indicateur très précieux en matière de recrutement..."

 

En effet, dans un escape game, les différents candidats sont plongés dans une pièce y sont prisonniers et doivent résoudre une ou plusieurs énigmes ensemble. Cela va permettre aux recruteurs d’analyser les capacités des candidats à travailler en équipe, la gestion de leur stress, leur sens de l’écoute : un vrai révélateur de leur potentiel et de leur personnalité. 

Si durant le jeu un candidat a la capacité à écouter les autres participants, cela va démontrer sa capacité à écouter ses collègues sur le terrain, lors de réunions, ou dans son équipe. 

Vincent Grèzes Directeur Koezio Sénart nous confirme que "Chez Koezio l'escape game est très révélateur de comportement et les recruteurs n'hésitent pas à l'utiliser pour observer chez un candidat sa capacité à communiquer, à collaborer en équipe mais aussi sa gestion du stress face aux différentes épreuves". 

 

Chez PwC, la session de recrutement est découpée en trois étapes pour les candidats postulant au poste d’auditeur : un entretien de recrutement avec un RH, puis avec un opérationnel et, enfin un escape game. Durant toute la phase de jeu, 5 participants doivent résoudre une énigme en un temps donné, les candidats sont observés par les RH qui dispose d’une grille d’observation construite au préalable (en fonction du poste).  

 

Chez Orange, pour les postes de commerciaux, quatre participants sont devant une malle qu'ils doivent ouvrir en moins de 15 minutes. Chacun des candidats participe à deux parties, soit 30 minutes de mise à l'épreuve.  

 

La société Collock, créateur d’escape game pour les entreprises a créé un escape game sur mesure pour la Société génrale, à la recherche de leurs futurs conseillers commerciaux.  

La storyline est la suivante : “Dans le bureau d’un homme d’affaires Russe qui est soupçonné d’envoyer par cargo de la Vodka frelatée en Europe. Selon les informations, le cargo part dans 45 minutes. Dans ce laps de temps, les candidats seront chargés de trouver des preuves de blanchiment d’argent et d’identifier le bon cargo.” 

  

Autres méthodes de gamification, les sessions de jeux vidéos tels que Mario kart et Fifa qui sont également de plus en plus utilisés pour recruter les talents dans les start up. 

 

Les avantages de la gamificiation sont nombreux quelque soit le domaine dans lequel il est utilisé (conduite du changement , intégration, fidélisation...). Concernant le recrutement, elle va permettre diminuer le sentiment d’anxiété des candidats et de dédramatiser tout l’aspect formel du processus et va permettre de réveler leurs soft skills. Le candidat est testé en direct et ne peut donc pas tricher dans ce contexte, et cela permet aux RHs de mieux jauger le potentiel des candidats. 

 

Si l’entreprise choisit la gamification de son processus de recrutement pour certains de ses postes, elle doit s’assurer que tout ce qui à trait à l’onboarding du futur salarié soit le reflet de ses nouvelles méthodes de travail, destinées à répondre aux nouvelles attentes de ses futurs collaborateurs.  

 

Pour autant, la gamificiation du processus de recrutement ne remplace pas les entretiens traditionnels qui permettent aux RHs d’analyser les compétences techniques des candidats. La gamification constitue une brique complémentaire au process de recrutement existant, mais ne permet pas d'évaluer toutes les compétences des candidats notamment techniques. 

D’autres méthodes d’identification des soft skills peuvent être imaginées, c’est le cas de l’équithérapie ou encore la cuisine thérapie. 

Tentez cette nouvelle méthode de recrutement pour valoriser votre marque employeur, et faire vivre une expérience mémorable et marquer les esprits de vos futurs collaborateurs. 

 

 

Go to top